TFAA - Morbihan


Le vendredi 10 août 2018, le TFAA s’est arrêté dans le Morbihan. Nous avons eu à cette occasion l’opportunité de rencontrer des maraîchers-es en agriculture biologique mais aussi des citoyens-nes et des étudiants-es engagés-es dans l’organisation de jardins biologiques partagés.


Max, salarié de l’association Optim’ism nous présente son exploitation

Lors de notre première visite, nous avons rencontré les salariés de l’association Optim’ism à Riantec, qui font du maraîchage en agriculture biologique avec des personnes en chantiers de réinsertion. Cette double exigence écologique et sociale rencontre un franc succès dans l’agglomération de Lorient.


En effet, Optim’ism fournit la totalité des légumes utilisés par la crèche de Riantec, des paniers aux étudiants-es de l’Université de Bretagne Sud et bien sûr des paniers de légumes bio aux membres de l’association.


Optim’Ism est également en train de réaliser l’installation d’une ferme dans le quartier prioritaire de Bois du Château à Lorient, pour donner aux habitants-es l’opportunité de participer eux mêmes à la production d’une alimentation saine et écologique. L’association, membre du réseau des Jardins de Cocagne, cultive aussi des vergers dont les arbres sont plantés par des écoliers-es des environs, et pratique l’apiculture.


Cependant, Max nous a fait part de la difficulté d’obtenir des terrains pour s’installer en agriculture biologique sur la métropole. Cette difficulté résulte de la mainmise d’acteurs de l’agriculture productiviste, soutenus le plus souvent par la FNSEA et les chambres d’agriculture, qui se partagent l’espace cultivable en freinant le développement de l’agriculture biologique dans le Morbihan.


Nous avons fini cette visite par un repas collectif convivial. En effet, tous les salariés-es de l’association déjeunent ensemble chaque jour dans une ambiance conviviale en profitant des produits récoltés sur l’exploitation.



Les jardins partagés de Port-Louis

Karen, militante Génération.s et élue à Port-Louis, nous a ensuite présentés les jardins partagés de sa commune. Cette démarche a été mise en place à la suite d’une grande consultation de la population et permet aujourd’hui à 30 familles de cultiver des légumes collectivement.


Ces jardins comprennent ainsi une trentaine de parcelles de 15m² et un espace commun, la taille des parcelles est conçue pour éviter tout gaspillage.

La démarche des résidants-es ayant fait la demande d’une parcelle est non seulement de cultiver ses propres légumes mais aussi d’échanger des savoir faire, de renforcer le lien social dans cette commune rurale et de découvrir des légumes oubliés dont les saveurs ravissent les membres de l’association.


La taille du jardin partagé ne cesse de s’agrandir au fur et à mesure que de nouvelles demandes de parcelles sont enregistrées par l’association.

Ce dynamisme démontre que l’échelon communal est le premier maillon de l’écologie politique. Nos élus-es y sont au contact direct des citoyens-nes pour bâtir le changement dans une démarche de démocratie participative. Partout où ils le peuvent, ces élus-es portent l’ambition de la transition écologique et instaurent la démocratie alimentaire prônée par Génération·s.



Olivier nous présente son exploitation, Ter Ferme dans la commune de Ploemeur


Scientifique spécialisé dans les sciences de l’environnement, Olivier pratique le maraîchage en permaculture. A l’origine, son terrain n’était qu’une friche. Il a profité de la virginité de cette terre pour en exploiter les sols non appauvris par une activité antérieure.


Il a défriché la zone à la main, sans utiliser le moindre engin agricole dans l’optique de polluer le moins possible.

La philosophie de son projet est d'inscrire sa ferme dans le biotope initial du lieu sans en perturber les équilibres.


Ci-dessus ont peut observer ses plants de légumes sur du paillage de fougères, récupérées sur le terrain de la ferme.


Cette dernière est presque entièrement autonome : l’arrosage est assuré par l’exploitation d’un puit situé sur le terrain, un panneau solaire assure l’entièreté des besoins en électricité et les seuls produits plastiques (bâches) sont réutilisés sur plusieurs années.



La visite se termine par les Jardins de Graines Solidaires dans le Parc Youri Gagarine à Lorient


Deux étudiantes, nommées toutes les deux Julie, nous ont fait découvrir le jardin de l’association Graines Solidaires. Celui-ci était à l’origine un projet mené dans le cadre de leurs études. Il a rapidement attiré la population étudiante et les habitants-es des alentours au point d’en faire un authentique lieu de vie collectif. Ici, les générations se rassemblent autour de l'agriculture biologique et de la volonté de mieux se nourrir.

Les jardins séduisent et prennent de l’ampleur ! La volonté des étudiants-es d’améliorer leur alimentation tout en réduisant leur budget fait affluer les demandes d’adhésion.

Le jardins pourraient même servir de lieu d’expérimentation pour les étudiants-es en biologie qui voudraient mener des expériences et faire pousser des légumes oubliés pour étudier leurs propriétés.


Réanimant le parc et resserrant les liens inter-générationnelles dans la ville de Lorient, l’association Graines solidaires bénéficie des soutiens de l’Université Bretagne Sud et de la ville.



Cette étape passionnante du Tour de France des Alternatives Agricoles nous laisse en bouche une délicieuse saveur d’espoir : les citoyens-nes et certains-es élus-es se mobilisent pour une agriculture biologique, pour une consommation alimentaire de qualité, et s’engagent pour retisser le lien social que les logiques productivistes ont détruites.

Il reste aujourd’hui aux syndicats agricoles et aux pouvoirs publics à entendre ce message : les citoyens.nes désirent une transitions écologique ambitieuse !

Organisation de jeunesse de Génération·s
© 2019 - Les Jeunes Génération·s