ParcourSup douche les espoirs d'un jeune sur deux


ParcourSup douche les espoirs d'un jeune sur deux LIONEL BONAVENTURE / AFP

Génération.s dénonce la sélection absurde et illégale de ParcourSup. Le 22 mai, les lycéennes et les lycéens ont subi le premier tour de résultats de résultats d'affectation dans le supérieur. ParcourSup se révèle être une immense machine à sélectionner, à doucher les espoirs et à briser les parcours d'étude. Aujourd'hui, un jeune sur deux ne sait toujours pas si il ou elle aura une place à l'université l'année prochaine.


Plus de 400 000 jeunes, dont 135 000 "oui si", passeront les épreuves du baccalauréat dans l'angoisse d'être refoulé.e aux portes du supérieur. Ce chiffre n'était que de 140 000 au soir du premier tour du logiciel APB. Loin d'améliorer la situation ParcourSup démultiplie la sélection par le tirage au sort dans des dizaines d'université, et rompt avec l'égalité républicaine tant les processus d'évaluation des dossiers ont été disparates.


Le ministère, cynique, était bien au fait de la situation. Tant et si bien que les lycées étaient invités à mettre en place des cellules psychologiques à destination des lycéen.ne.s et que des guides spécifiques ont été édité ! L'orientation ne devrait jamais signifier une telle violence pour la jeunesse.


Génération.s dénonce une sélection absurde et illégale. Alors que le code de l'éducation garantit une place à l'université à chaque bachelier.e, le gouvernement met tout en oeuvre pour que ce ne soit pas le cas. Face au sous-financement du supérieur, aux trop faibles capacités d'encadrement et à la dégradation des conditions d'étude, Emmanuel Macron fait le choix malthusien de réduire le nombre d'étudiant.e.s et fermer les portes de l'université aux classes populaires.


Génération.s appelle à un grand plan d'investissement dans l'école afin que chaque enfant de la République puisse suivre sa propre voie, de la maternelle à l'université. Les jeunes générations ont devant eux des défis gigantesques. À nous de leur ouvrir les portes du savoir, en finançant dignement le supérieur, en cessant la mise en compétition des établissements d'enseignement supérieur, et en mettant en place un revenu universel d'existence.

Organisation de jeunesse de Génération·s
© 2019 - Les Jeunes Génération·s