Loi Asile et immigration, Emmanuel Macron et Marine Le Pen votent ensemble contre l'humanisme


/Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol pour Challenges

De la devise républicaine « Liberté – Égalité – Fraternité », il ne transparait absolument rien dans la loi Asile et Immigration. Par son inhumanité, ce texte bafoue nos principes les plus fondamentaux.   


Au lendemain de l’élection présidentielle, malgré un choix par défaut, les Français-es pensaient avoir hérité d’un président humaniste. Avec le projet de loi Asile et Immigration, Emmanuel Macron a révélé au grand jour son penchant sécuritaire et anti-immigration. Désormais adoptée en première lecture à l’assemblée nationale, cette loi comble tous les espoirs des tenants de la droite la plus dure.

Sarkozy en a été empêché, Le Pen en rêvait, Macron l’a fait.  


La République En Marche fait donc politique commune avec Les Républicains, et pire encore, le Front National. En votant pour Emmanuel Macron, les françaises et les français pensaient réchapper à une dangereuse politique nationaliste. Il n’en est rien.  


Plusieurs dizaines d’associations, réunies sous l’égide des États généraux des migrations, le Défenseur des droits ainsi que de nombreux élu-es, y compris au sein même de la majorité, dénoncent le caractère inhumain de la loi Asile et Immigration.  


Les Jeunes Génération.s rappellent son caractère répressif. Emmanuel Macron se plaît à évoquer, partout où il passe, « l’héroïsme et la grandeur » de la France. Mais, où est l’humanité de la France lorsqu’elle enferme des enfants, dans des conditions insupportables, en centres de rétention ? Où est l’humanité de la France lorsqu’elle réduit le délai de recours des demandeurs et demandeuses d’asile ? Où est l’humanité de la France lorsqu’elle affaiblie le droit à la santé des exilé-es ? La Loi Asile et Immigration, fièrement présentée par Gérard Collomb, est une atteinte à la dignité et au respect des droits fondamentaux des personnes. Par cette loi, la France n’est ni grande, ni héroïque.   


Les Jeunes Génération.s appellent les sénateurs et sénatrices à amender massivement la loi Asile et Immigration.   


Conscient-es de leur lutte, sans relâche, pour faire prévaloir l’intérêt des exilé-es, les Jeunes Génération.s réaffirment leur soutien aux associations et aux travailleur.se.s socia.ux.les.   

Les Jeunes Génération.s exigent, pour ces enfants, ces femmes et ces hommes, un accueil digne. Pour cela, ils demandent une politique d’insertion courageuse. L’Etat doit investir massivement dans la création d’hébergements et mettre les moyens nécessaires pour un accompagnement social et juridique juste.


Contacter le comité Jeunes G thématique "exilé•e•s" : jeunesg.exiles@gmail.com

Organisation de jeunesse de Génération·s
© 2019 - Les Jeunes Génération·s