Abandon de ParcourSup à Rouen : première victoire contre la sélection !


www.paris-normandie.fr

Joël Alexandre, Président de l’université de Rouen, a annoncé vendredi 13 avril devant la communauté éducative mobilisée, que son université ne fera “aucune sélection pour la rentrée prochaine”. Il a également annoncé que les commissions d’examen des voeux ne se tiendront pas, que tou-tes les postulant-es auront leur place et enfin qu’il "réaffirme son attachement au principe fondamental de libre-accès à l’enseignement supérieur".

Cette décision est la première victoire d’ampleur du mouvement étudiant contre la sélection à l’université et la loi ORE. Elle en appelle beaucoup d’autres. En effet, c’est d’abord une décision pragmatique contre une réforme hypocrite : aucune université n’a les moyens d’étudier sérieusement les dizaines de milliers de lettres de candidature et de CV reçues dans ParcourSup.


Les étudiant-es et enseignant-es mobilisé-es à Rouen sont un exemple pour le pays : il est possible de refuser la mise en place de la sélection à l’université. Cette réforme inégalitaire ferme la porte de l’enseignement supérieur à des centaines de milliers de jeunes et ouvre la voie à la mise en concurrence et à la privatisation de l’université.

Le gouvernement doit cesser d'ignorer la mobilisation. Le déploiement de bataillons de CRS dans les amphithéâtres ne sera jamais une réponse convaincante face à la réalité d’une réforme injuste. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités : il est temps de cesser la répression policière et d’écouter les revendications de la jeunesse.

Les Jeunes Génération.s appellent tous et toutes les Président-es d’université à suivre l’exemple de Joël Alexandre et à refuser partout la mise en place d’une réforme injuste. Plutôt que de réduire artificiellement le nombre d’étudiant-es, il est indispensable d’investir au minimum un milliard d’euro par an dans l’université afin d’assurer des conditions d’études décentes à notre génération.

Les Jeunes Génération.s seront au premier rang des mobilisations de la jeunesse jusqu’à ce que le gouvernement recule. Nous appelons le gouvernement à abroger la loi ORE, à pallier en urgence aux failles béantes de ParcourSup et à garantir que chaque bachelier et bachelière puisse exercer son droit à la poursuite d’études dans de bonnes conditions à la rentrée 2018.

Organisation de jeunesse de
© 2019 - Les Jeunes Génération·s